Anorexie Exercices d'écritures pour adultes

Ennemie sans visage, Gaëtane Bolle

Volet anorexie

enemi

Résumé
Telle la foudre, l’anorexie s’abat dans une famille heureuse et unie. Gaëtane Bolle, mère de trois filles, a vécu le drame de l’anorexie à travers la deuxième, Vanessa. Stupeur, incrédulité, incompréhension face à cette maladie cruelle et inexplicable. Ce livre raconte la lutte incessante de chaque jour, de chaque instant pour la vie de Vanessa, menée par elle-même d’abord, mais aussi par ses parents, ses soeurs, ses amis, face à la folie destructrice de l’anorexie. Après le terrible verdict, sa maman raconte la vie au jour le jour, avec ses hauts et ses bas, l’espoir et le désespoir, la solitude, la révolte et le combat, mais toujours l’amour et la tendresse. L’anorexie, qui frappe de plus en plus de jeunes, peut arriver à n’importe qui, à n’importe quel moment. À la famille et à l’entourage de ces jeunes, l’auteur souhaite dire qu’aujourd’hui ils ne sont pas seuls, mais qu’il existe des équipes soignantes, des associations qui peuvent aider, partager, comprendre et surtout écouter. Cet ouvrage s’adresse aussi aux médecins, aux parents, professeurs, éducateurs, afin qu’ils soient vigilants… et humains. Comme la plupart des maladies, l’anorexie se soigne mieux et rapidement si elle est prise à temps. Malgré la disparition tragique de Vanessa, ce livre est un témoignage poignant d’amour, de courage, de foi et d’espoir.

Extrait
Lundi, Vanessa trie ses cours, les feuillette, les soupèse avant de se décider à emmener celui-là et à laisser celui-ci. Elle a beaucoup de mal à faire son choix. Le même problème se pose au moment de sélectionner des vêtements d’été.
La difficulté qu’elle éprouve à prendre une décision est un problème inhérent à sa maladie. Elle a toujours peur de se tromper et de ne pas avoir dominé la question. Soit par souci de perfectionnisme, soit par crainte d’avoir choisi la facilité et de se décevoir elle-même. Mon Dieu, que de tracas, alors qu’elle devrait se laisser aller au bonheur et à la joie de vivre ! Suivre son instinct sans trop s’interroger! Depuis qu’elle est toute petite, elle a un mal fou à résoudre ce problème de choix. Alors aurait-elle été prédestinée depuis sa naissance à cette horrible maladie? Non, je refuse d’y croire et ce n’est pas cette curieuse coïncidence qui me fera changer d’avis. Pourtant, cela me trouble. Pas question de se laisser aller. Je me rends compte que je déprime un peu à l’idée de devoir nous séparer de Vanessa ce soir. Mais avant tout c’est à elle que je pense. Cela va être si dur de retourner à Alcatraz après avoir goûté aux joies simples de la maison et au merveilleux bien-être de se retrouver chez soi.

Consigne d’écriture I
Vanessa essaie en vain de choisir une robe pour aller à une fête ce soir. Montez un dialogue intérieur de Vanessa. Évoquez ses hésitations, son dilemme, ses peurs.
Minimum 300, maximum 500 mots.

Consigne d’écriture II
Le père de Vanessa, voyant sa femme si éprouvée, écrit une lettre à sa fille et la supplie de revenir à la raison. “Ma chère Vanessa…”
Minimum 200, maximum 400 mots.

Consigne d’écriture III
La mère de Vanessa, impuissante face à la situation prépare une liste de dix questions qu’elle souhaite poser en tête-à-tête au psychanalyste qui suit Vanessa.
“Dr., dans quelle mesure? Pourquoi? Comment?” etc.)
Minimum 300, maximum 600 mots.

Consigne d’écriture IV
Imaginer une conversation entre Vanessa et sa mère. La mère de Vanessa parle de son adolescence.
Minimum 300, maximum 500 mots

Consigne d’écriture V
Monter un dialogue entre les parents de Vanessa : l’angoisse de la mère, l’angoisse du père.
Minimum 300, maximum 500 mots.

bouton3 bouton2 boutonachetez