Projets passés

Touche pas à ma planche !

Description

Ado_lisant_Touche_pas_webNé en 2004, le projet Touche pas à ma planche ! connaît une grande popularité auprès des principaux intervenants et jeunes en proposant une série d’ateliers de création de bandes dessinées portant sur la violence et le taxage. Ces ateliers sont destinés à des étudiants du primaire, francophones, anglophones et allophones, issus de milieux où ces phénomènes sont particulièrement présents.

Tout au long de la série d’ateliers, les jeunes seront guidés par des bédéistes professionnels, des psychoéducateurs spécialistes de l’intimidation et les enseignants et intervenants de leur école. Ils auront ainsi l’occasion de développer leurs capacités intellectuelles, leurs habiletés sociales et créatives ainsi que de stimuler leur imaginaire. Au terme des ateliers, ils auront créé une bande dessinée inspirée de leurs expériences de taxage et autres formes de violence faite aux jeunes par les jeunes.

Chaque atelier devrait durer entre 60 et 120 minutes et cibler des groupes de 20 à 30 jeunes.

Objectifs du projet

Le projet a pour objectifs d’enrichir la vie éducative et culturelle des élèves, d’éveiller leur curiosité intellectuelle en plus de contribuer au développement de leur créativité. Il vise, par ailleurs, à améliorer la capacité des jeunes à communiquer tout en leur ouvrant de nouveaux horizons.

Éditions antérieures

Chaque année, au terme des séances, les candidats pouvaient soumettre leur œuvre au concours Touche pas à ma planche ! / Don’t Touch my Board, Man. Les éditions Metropolis bleu ont publié en 2005 et en 2006 deux recueils rassemblant les meilleures planches. Ces ouvrages sont en vente au coût de 10$ l’unité ou 16$ pour les deux. Cliquez ici pour acheter ces ouvrages.

Couverture_Touche_pas_a_ma_planche_2004-2005_web

Couverture_Touche_pas_a_ma_planche_2005-2006_web

En 2007-2008, forte de ces deux éditions couronnées de succès, la Fondation Metropolis bleu a organisé une session d’automne du programme Touche pas à ma planche ! à Montréal et une session d’hiver dans le grand nord du Québec, au Nunavik. Deux classes francophones, deux classes anglophones de Montréal et l’école Arsaniq à Kangiqsualujjuaq ont eu l’opportunité de travailler avec 2 bédéistes professionnels et 2 psychoéducateurs afin d’illustrer leur vision de l’intimidation et de la violence en créant une bande dessinée.